Vers 2-3 mois, votre bébé commence à babiller des « aaaa » et des « eeeeuuu ». En réponse à ces babillages, nous nous sommes tous surpris, au moins une fois, à « parler bébé » ou le « Mamanais ». Même si nous trouvons cela ridicule ou exagéré, c’est plus fort que nous, nous modifions notre voix lorsqu’on s’adresse à un nouveau-né. Et c’est tant mieux car le Mamanais permet à l’enfant d’amorcer l’apprentissage du langage. 

Qu’est-ce que le Mamanais ?

Le Mamanais est un langage commun à tous les parents du monde et qu’ils utilisent lorsqu’ils s’adressent à leur nouveau-né. La voix du parent est plus haute et chantante, le débit est plus lent et les intonations sont accentuées. Les sonorités sont également répétées comme “Areuh! Areuh! » et les voyelles sont accentuées. Les phrases sont souvent courtes et simples et le vocabulaire est adapté à l’enfant. En somme, c’est un langage simplifié, accentué et souvent très tendre, ce qui lui vaut parfois la qualification d’un langage « niais ». Et pourtant, il est nécessaire pour amorcer l’acquisition de la langue.

Les prémices du langage

De ces échanges en Mamanais naissent les prémices du langage. Eh oui, car cet air un peu mielleux, avouons–le, permet à votre bébé d’apprendre à s’exprimer et à communiquer !

Ce langage va notamment motiver l’enfant à initier ou poursuivre des échanges avec son parent. En effet, du fait de sa musicalité, l’attention de l’enfant est plus facilement captée. C’est donc un formidable outil de communication.

Les exagérations d’intonations, les accentuations, le rythme ralentit vont aussi permettre à l’enfant de faire de la catégorisation phonétique, de décortiquer et reconnaître les mots. En définitive, cela va favoriser l’acquisition du langage.

Alors pour stimuler les vocalises de bébé, nous vous encourageons à lui retourner ces mêmes sons. N’ayez plus peur d’être « gaga » et usez du Mamanais autant que vous le souhaitez !

>> Le saviez-vous ?

Lorsque bébé vocalise, il ressent des vibrations dans son corps. En effet, le système osseux est stimulé par les vibrations de la cavité buccale, du pharynx et de la cage thoracique, ce qui permet ainsi à bébé de sentir ce qui se passe en lui.

Avant trois mois, le conduit vocal du nourrisson n’est pas assez développé pour produire des sons articulés. Il va alors produire des “aaa”, “eee”.

Puis à partir de trois/quatre mois, le conduit vocal se modifie : le palais bouge, la langue devient plus longue. Votre bébé va continuer à explorer son appareil phonatoire et ses capacités vocales et la modification de ce conduit va alors faire apparaître des syllabes, la-la, la; ma-ma-ma, c’est ce que l’on nomme la « lallation ».

En babillant, l’enfant découvre donc le plaisir d’avoir une action et une maîtrise sur son corps. Ce sont deux notions essentielles dans l’élaboration de la confiance en soi.

 

Gaëlle RIBIERE – Psychomotricienne