Vers l’âge de 8 mois, vous observez que Mini se met à pleurer lorsque vous vous éloignez, que les séparations sont de plus en plus difficiles et que la présence d’étrangers peut provoquer des crises de larmes.

Ces réactions peuvent vous étonner et vous contrarier car tout cela ne posait pas de problème à Mini auparavant… Mais, on vous l’assure, il s’agit d’une étape tout à fait normale dans le développement de votre Mini. Et, rassurez-vous, elle est passagère !

Votre Mini est en proie à une angoisse de séparation qu’on appelle “angoisse du 8ème mois” car elle apparaît généralement autour du 8ème mois! Elle fait référence à l’une des peurs les plus archaïques et fréquentes:  la peur de l’étranger.

 

Comment remédier à l’angoisse du 8ème mois?

Cette angoisse disparaîtra spontanément car, une fois que Mini a intégré tout cela, la notion de permanence de l’objet se met généralement en place. Le nom est un peu barbare, mais c’est tout simple! Cela veut dire que Mini comprend désormais que l’objet ou la personne continuent d’exister même s’il ne peut pas en faire l’expérience sensorielle. Pour en savoir plus sur ce concept, consultez notre article “La permanence de l’objet”. Vous y trouverez également des petits jeux à faire avec Mini (notamment le jeu de “coucou me voilà”) qui vont permettre à Mini de développer cette notion.

Toutefois, l’angoisse de séparation doit être accompagnée correctement afin d’éviter qu’elle ne perdure (parfois jusqu’à l’âge adulte). Voici quelques préconisations.

L’idéal est de verbaliser (oui, oui, même à 8 mois ! On ne vous le dira jamais assez !):

D’une part : reconnaître l’angoisse de Mini « je sais, je vois que  tu es angoissé quand maman n’est pas là mais… »

D’autre part : expliquer que le jouet est toujours là ou que papa/maman reviendront toujours. « je reviens toujours, ne t’inquiète pas ».

Même si la séparation (crèche, garde, etc.) est inévitable, la manière donc vous allez le formuler à Mini est importante. Evitez les menaces ou les départs trop précipités. Prenez le temps de préparer Mini aux séparations plusieurs minutes à l’avance en lui expliquant ce qu’il se passe et en lui disant au revoir. Et qui dit au revoir dit retrouvailles!

Faites attention pendant cette période à ne pas considérer les pleurs de Mini comme un caprice. Car sa détresse est bien réelle. Soyez rassurants et particulièrement attentifs aux demandes de réconfort de Mini.

 

Le saviez-vous ?

 

Pourquoi cette angoisse apparaît à 8 mois?

À la naissance, Mini n’a pas la notion de ses limites corporelles et psychiques. C’est-à-dire qu’il ne fait pas la distinction entre ce qui lui est propre (son pouce) et ce qui ne l’est pas (vous, votre sein par exemple). Il n’a donc aucune notion de ce qui est LUI et de ce qui est extérieur à lui, le NON-LUI : on dit qu’il y a une indifférenciation entre lui et l’extérieur.

De façon graduelle, Mini va prendre conscience qu’il ne forme pas un tout avec son environnement mais que les objets et les personnes sont différents de lui : la différenciation est en cours ! Et elle aura deux conséquences:

Désormais Mini va faire la différence entre les objets et les personnes connus, familiers, et ceux étrangers ou inhabituels. Mini reconnaîtra donc le visage de ses proches et sera apaisé, en confiance en leur présence. Mais avec des inconnus il sera méfiant et insécurisé, ce qui peut provoquer des pleurs. Voilà donc pourquoi Mini de 8 mois pleure dans les bras de la voisine alors qu’à 2 mois il ne disait rien!

Parallèlement, Mini comprend aussi que si ses proches sont différenciés de lui, bien distincts, cela signifie qu’ils ne sont pas toujours présents, près de lui. Mais puisque, pour l’instant, Mini ne considère un objet (ou une personne) comme existant que s’il est dans son champ de vision, en son absence il aura donc peur que l’objet ait disparu. En d’autres termes, si vous quittez la pièce, Mini aura peur que vous ayez tout bonnement disparu ! C’est pour cette raison qu’il se met à pleurer et que les séparations sont si difficiles pour lui.

 

 

Jeanne RIBIERRE – Psychologue spécialisée en périnatalité