Le chariot de marche est idéal pour les enfants de 9/10 mois et ceux qui commencent à se verticaliser en prenant appui sur les meubles. Mais attention, il existe une différence entre le chariot de marche et ses cousins, le porteur et le trotteur. Faisons le point et découvrez quel chariot de marche choisir.

Le porteur VS le chariot de marche

Le porteur prend généralement la forme d’une voiture sur laquelle l’enfant peut s’asseoir. Pour s’élancer, l’appui sur l’ensemble du pied (et non juste la pointe) est vivement recommandé. Mini conduit son bolide tout en ayant ses fesses posées sur l’assise et donc son bassin soutenu. Il permet de se déplacer en coordonnant puis en dissociant les jambes. C’est l’amorce du tricycle ou de la draisienne à la différence que ces derniers sollicitent le bassin contrairement au porteur. Consultez notre article À notre tour draisienne pour en savoir plus. L’intérêt du porteur réside davantage dans l’imitation de l’adulte qui conduit sa voiture que dans le développement moteur. Il n’a pas d’impact réel sur l’apprentissage de la marche.

Nous lui préférons donc le chariot de marche, plus utile au développement moteur de l’enfant.

Le Youpala/trotteur VS le chariot de marche

Le Youpala est un trotteur où Mini est assis ce qui implique que son bassin s’enroule puisqu’il est en appui. Les muscles internes de la cuisse qui aident à la marche ne sont alors pas sollicités et manquent de tonus lorsque Mini tente de marcher seul par la suite. C’est pourquoi l’enfant compense en prenant appui sur l’extérieur du pied voire sur la pointe des pieds. Cela occasionne des chutes puisque, sans appui, il lui manque de la force et de la tonicité au niveau des muscles qui entourent le bassin.

Il est donc important pour Mini de trouver seul ses appuis au niveau du bassin car cela conditionne l’ensemble de ses postures (debout, assis, en équilibre…). Ce que le Youpala ne permet pas ! Et nous savons ô combien ces postures ont un impact sur la concentration et l’attention. En effet, l’enfant qui manque de conscience et de connaissance de son bassin s’assied, en général, sur une seule fesse ce qui occasionne souvent des pertes attentionnelles par le besoin de se mouvoir.

Le trotteur est donc fortement déconseillé. S’il ne fallait choisir qu’un jeu de marche, ce serait donc le chariot de marche !

Quel est l’intérêt du chariot de marche ?

Le chariot de marche vise à accompagner l’enfant dans la marche comme son nom l’indique. En effet, il aide à le rassurer lorsqu’il se déplace en position debout, à stabiliser ses appuis, à le soutenir et à se faire confiance. En poussant vers l’avant son chariot, Mini teste par moments et selon son envie de prise de risque (n’est pas baby Indiana Jones qui veut !), son équilibre en libérant une de ses mains. Il prend ainsi confiance en ses appuis sans l’aide d’appuis extérieurs, ce qui l’engagera à s’élancer dans sa marche seul, comme un grand.

Mais il permet aussi, si le chariot est suffisamment stable, d’améliorer ses praxies ; à savoir avancer un pied puis l’autre. Mini va donc apprendre à les automatiser, à les réguler pour ne pas perdre l’équilibre afin de devenir autonome face à la marche.

En outre, en poussant son chariot, votre bébé prend conscience qu’il peut repousser un objet. De même, en l’attirant vers lui, il intègre qu’il peut rapprocher le chariot. Il a donc une maîtrise de l’objet qu’il manipule, ce qui renforce sa capacité à faire seul et donc son avancée dans l’individuation/séparation avec Maman. Mini peut donc s’imaginer que si l’objet peut être près puis être loin puis être près…lui aussi peut jouer de ses distances avec Maman. Et cela est drôlement rassurant! Si le sujet vous intéresse, allez consulter notre article : La permanence de l’objet.

Lequel choisir ?

Quel chariot de marche choisir ? Lors de l’achat de ce jeu incontournable, veillez à diverses spécificités.

Tout d’abord, la hauteur du chariot doit être étudiée. Il est préférable que les mains de Mini, posées sur les poignées du chariot, soient à hauteur d’épaules, voire un peu plus bas, mais jamais plus hautes.

Le chariot doit également être suffisamment lourd pour supporter le poids de Mini. Si tel n’est pas le cas, n’hésitez pas à mettre du poids dans le compartiment avant en le remplissant de bouteilles d’eau ou de lait. Cela permettra d’assurer une stabilité et de réguler la vitesse du chariot. D’autant plus que Mini s’amusera à les retirer et à les remettre dedans !

Personnellement, nous avons un petit coup de cœur pour ce modèle de chez Janod.

>> Le saviez-vous ?

Pour marcher, Mini a besoin:
– de trouver de bons appuis au niveau de son bassin (car ce dernier soutient l’ensemble du corps)
– de ses genoux qui font une flexion/extension
– de ses chevilles qui déroulent le pied d’abord par le talon puis les orteils.

Consultez nos articles sur le sujet pour en savoir plus :

 

Gaëlle RIBIERE – Psychomotricienne