Votre Mini mangeait jusque-là avec appétit tout ce que vous  lui proposiez.

Maintenant, chaque repas devient plus difficile car Mini pousse son assiette s’il ne reconnait pas ses plats préférés….. Cette étape dans l’apprentissage alimentaire d’un enfant est tout à fait naturelle: elle s’appelle la “néophobie alimentaire”.

Elle n’est pourtant pas facile à gérer au quotidien:  on essaie de vous guider avec quelques exemples de néophobies alimentaires et ses solutions !!

  • Mini refuse la viande:
    • Tentez de lui proposer de la viande tendre et fine, facile à mastiquer.
    • Préparez la viande en boulettes en l’amalgamant avec un œuf, du fromage ou des légumes secs, Mini n’y verrait que du feu ;-)!
  • Mini refuse le lait :
  • Mini ne veut que du lait:
    • Apprenez à lui faire boire de l’eau entre les repas.
    • Limitez le lait au petit déjeuner et au goûter. Evitez de lui proposer du lait au moment des repas.
    • S’il prend encore le biberon, essayer d’introduire l’usage du verre. Imitez les grands, c’est trop chouette ;-)!
  • Mini refuse les fruits et légumes :
    • S’il refuse les légumes, proposez lui davantage de fruits et variez. Vice et versa pour les fruits.
    • Proposez-lui des légumes crus pour lui permettre de les manipuler avec les mains, à cet âge là, la patouille, ils adorent encore ça ;-)!
    • Allez au supermarché avec lui pour choisir ensemble les fruits ou légumes. (voir notre article « Faire les courses avec Mini, une occasion pour apprendre!« )
    • Proposez-lui des milkshakes ou des jus à base de fruits et légumes grâce à une centrifugeuse ou extracteur. Regarder les aliments tourbillonner sollicitera sans doute la curiosité de Mini ;-)!
    • Lors d’un apéro convivial, proposez lui un verre comme « les grands »: préparez lui un spritz baby 😉 c’est-à-dire : 3/4 de jus de pêche, quelques gouttes de citron et ¼ d’eau pétillante, la fête quoi !
  • Mini ne veut que des desserts ou produits sucrés :
    • Limitez l’achat de produits sucrés et privilégiez les gâteaux et desserts fait maison dont vous pouvez contrôler/ diminuer la quantité de sucre et matières grasses.
    • Evitez d’utiliser les produits sucrés comme récompense ou chantage.
    • Servir les produits sucrés au petit déjeuner  principalement.
    • Les personnes souvent présentes avec mini au quotidien doivent respecter vos règles, même votre belle-mère!

 

Et un conseil très très important : N’ABANDONNEZ JAMAIS ! Un enfant évolue et il faut parfois 10 refus pour qu’un jour,  Mini accepte tout naturellement un nouvel aliment.

Le saviez-vous ?

Quand mini commence à marcher, il développe progressivement une résistance aux nouveaux aliments en refusant de gouter et repoussant toute nouveauté car mini souhaite se sécuriser avec les aliments qu’il connait déjà. Ce comportement inné est l’héritage d’une adaptation à un environnement hostile qui a permis la survie de nos ancêtres bébés qui commençaient à explorer des milieux remplis de dangers alimentaires (herbes vénéneuses, pourritures d’aliments toxiques, etc.). Le refus des aliments est absent les premiers mois car mini est sous la « tutelle » de la maman qui est une garantie pour sa survie.

Cet héritage génétique, développé au cours de millénaires est aujourd’hui conservé, la néophobie  est quasi absente les deux premières années de vie puis grandit pendant la petite enfance pour ensuite diminuer graduellement jusque l’âge adulte.

Voilà pourquoi  les deux premières années de vie sont importantes pour habituer l’enfant aux différents goûts et pour lui faire découvrir le plus grand nombre possible de nouveaux aliments.

Après deux ans,  20 à  30% des enfants développent une néophobie alimentaire de manière significative, les garçons davantage que les filles.

 Il est donc  fondamental de varier le plus possible les gouts à partir de la grossesse (les gouts de l’alimentation maternelle sont perçus par le fœtus par l’intermédiaire du liquide amniotique) tout en continuant durant l’allaitement et durant la diversification alimentaire.

Pauline RAOUL – Diététicienne