La motricité libre est un concept assez récent dont on entend de plus en plus parler. Elle consiste à laisser l’enfant le plus libre possible de ses mouvements pour qu’il puisse explorer son corps et développer sa motricité.

Qu’est-ce que la motricité libre ?

La motricité libre est un concept développé dans les années 60 par le Dr Emmi Pikler. Cette pédiatre hongroise a découvert que le bébé était capable de développer sa motricité sans l’intervention de l’adulte et selon un ordre bien précis. Pour cela, il était nécessaire que l’enfant soit libre de ses mouvements.

L’enfant est acteur de son développement moteur, c’est-à-dire qu’il n’a pas besoin qu’un adulte le tienne en position assise pour qu’il acquiert cette station. Il n’a pas non plus besoin qu’on lui tienne les mains pour apprendre à marcher. Le jeune enfant, si son activité est libre, sait spontanément et de façon autonome développer sa motricité globale.

En outre, elle a mis en évidence que l’enfant passait par différentes étapes de développement moteur selon un ordre précis. C’est ce que l’on nomme les niveaux d’évolution motrice. Il y en a 5 : les retournements, le ramper, le 4 pattes, le chevalier servant et la marche. Chacune de ces étapes est fondamentale pour les futurs apprentissages de l’enfant.

Comment appliquer la motricité libre ?

La liberté de mouvement comprend bien évidemment le fait de ne pas avoir un espace restreint, comme un parc ou le fait d’être « coincé » dans un transat ou un couffin. Mais c’est aussi d’avoir des vêtements adaptés à l’exploration autonome. En effet, les pantalons ou les manches trop longs empêchent l’enfant de pouvoir attraper les objets ou de marcher correctement. Il en va de même pour les chaussettes glissantes ou les chaussures trop rigides. Privilégiez donc des vêtements confortables à la taille de votre enfant !

Apprendre de façon autonome ne veut pas dire pour autant être seul. L’enfant a besoin de votre présence pour se sentir sécurisé et pour grandir sous votre œil attentif et bienveillant. La motricité libre suggère seulement de ne pas faire à la place de l’enfant et de ne pas le coincer dans des positions qu’il ne maîtrise pas lui-même.

Augmentez le temps au sol de votre enfant

Lorsque votre Mini est allongé au sol sur le dos, il peut retrouver par sa motricité libre, son enroulement naturel. Mini vient alors faire l’exploration de l’ensemble de son corps: mains et pieds valsent devant ses yeux, et Mini adore!

En faisant valser ses petits petons, tantôt à gauche, tantôt à droite, le poids du corps va avoir raison de Mini, ce qui va le déséquilibrer ; en un rien de temps, Mini va se retrouver alors à explorer l’un de ses flancs !

Allez on limite la durée dans le transat, Mini a besoin d’aller explorer!

>> Le saviez-vous ?

L’organisation du corps permet de structurer son orientation.

La tête délimite le haut, les pieds représentent le bas; le dos est assimilé à l’arrière, le ventre à l’avant et les bras aux côtés. Logique, non ?!

En permettant à votre Mini de venir explorer et toucher chacune des parties de son corps, vous l’aidez à prendre conscience de l’existence de son corps dans l’espace. Cette découverte (minime à cet âge, penserez-vous peut-être ?),  est toutefois essentielle car nous retrouvons l’influence de l’espace dans les apprentissages et repérages futurs : lecture, écriture, plans…

On espère vous avoir convaincus des bienfaits pour Mini d’être à même le sol !

 

Gaëlle RIBIERE – Psychomotricienne